Envie de devenir indépendante? Clarisse Crahay l’a fait et vous partage sa success story!

De Emilie Van De Poel pour Flair.be - 6 mars 2018


Clarisse Crahay a 27 ans et est entrepreneuse. Passionnée de couture, elle a décidé de suivre son rêve et de lancer sa propre marque de foulards il y a maintenant plus de deux ans, et ce grâce à Job’In. Rencontre avec cette jeune femme qui nous inspire.

Ses débuts en tant que salariée

“J’ai suivi une formation en Psychologie du travail car je me destinais à travailler dans les Ressources Humaines. Durant ma dernière année d’étude, j’ai commencé à suivre des cours de couture en soirée. Une fois mon diplôme en poche, j’ai trouvé mon premier emploi chez Ethias, là où j’avais suivi mon stage en dernière année d’études.“

Son amour pour la couture

“Après un an chez Ethias, je me suis rendue compte que la couture était plus qu’une passion et que je voulais en faire mon métier. Je viens d’une famille d’indépendants, et je ne me voyais pas travailler en tant que salariée toute ma vie. J’ai donc décidé de suivre des cours du soir en couture à l’école Reine Astrid, et puis finalement je suis passée à mi-temps pour pouvoir continuer ma formation en cours du jour. Après un an et demi, j’ai quitté mon job et j’ai décidé d’arrêter les cours pour pouvoir me lancer dans mon activité.“

Tout est possible. Il faut croire
en son projet et surtout
se donner les moyens.

Son envol

“Au début, mes créations de foulard me permettaient de gagner un peu de sous, mais petit à petit je me suis rendue compte que mon projet prenait de l’ampleur. Suite au succès de mes foulards, j’ai lancé une page Facebook, et puis j’ai voulu officialiser. J’ai créé mon ASLB Atelier Crahay via la SMART pour pouvoir vendre mes foulards.“

Sa rencontre avec Job’In

“Huit mois plus tard, j’ai entendu parler de Job’In, une initiative de l’Union Européenne, et j’ai décidé de les contacter. Grâce à Job’In, j’ai pu lancer mon affaire. J’ai intégré ce qu’on appelle une couveuse. Avec ma conseillère, j’ai mis sur pied un plan d’affaire et financier. J’ai commencé à vendre mes créations dans les magasins.“

C’est grâce à Job’In que
j’ai pu me lancer, sans eux
je ne serais pas là.

Son statut

“Pour l’instant, je suis au chômage et je perçois des allocations. Je reçois une formation payée par le FOREM pour devenir indépendante, pour apprendre à développer mon entreprise et comprendre tous ses aspects (comptabilité, finance, développement durable…). Je partage un numéro de TVA avec les autres personnes de la couveuse. Je ne touche pas de bénéfice de mon activité car je reçois des allocations. En revanche, je peux utiliser les bénéfices pour les réinvestir dans mon activité. Grâce à ça, j’ai pu me payer un site internet et une nouvelle machine à coudre industrielle.“

Son avenir

“En juin, j’arriverai à la fin de ma couveuse et j’aurai un vrai statut d’indépendant. Les bénéfices qui restent dans l’activité seront taxés par l’état à raison de 50% et je toucherai les 50% restant pour les réinvestir dans mon activité.“

Job’In, son tremplin

“C’est grâce à Job’In que j’ai pu me lancer, sans eux je ne serais pas là. Job’In m’a aidé à prendre du recul, et à prendre conscience de la valeur de mon projet. Avant j’étais gênée de vendre mes foulards à ce prix (90 euro en moyenne), mais aujourd’hui je me suis affirmée dans mon activité. Ce coaching est nécessaire car on se sent souvent perdu quand on commence une activité, on peut vite s’éparpiller.“

Son équilibre

“Je peux vivre à temps plein de ma passion, du coup mon objectif est d’arriver à retrouver des horaires plus vivables. Quand on est indépendant, on a tendance à se perdre et à en oublier sa vie privée.“

Ses conseils

“Tout est possible. Il faut croire en son projet et surtout se donner les moyens. Il y a tellement de goûts différents que si quelqu’un a un projet en tête, et bien qu’il se lance car il y a moyen qu’il touche quelqu’un avec ses produits.“

Tout savoir sur Job’IN

En 1997, le Programme d’initiatives communautaires Emploi de l’Europe a financé la création de Job’in, une structure d’accompagnement à l’autocréation d’emploi. Cette A.S.B.L. a, depuis, permis à 2.000 entrepreneurs, dont Clarisse, de monter leur projet.

 

Vous avez envie de vous lancer sans prendre de risque? Alors contactez Job’In et vivez votre rêve comme Clarrise! Découvrez également différents projets qui ont pu voir le jour grâce à l’Union Européenne.

 

Interview de Flair avec Job'in que vous pouvez retrouver ici :

https://www.flair.be/fr/lifestyle/job/envie-de-devenir-independante-clarisse-crahay-la-fait-et-vous-partage-sa-success-story/

Les dernières news

Envie de devenir indépendante?

Envie de devenir indépendante?

Envie de devenir indépendante? Clarisse Crahay l’a fait et vous partage sa success story!

En savoir plus
Atelier Crahay défile au salon "Made in Liège"

Atelier Crahay défile au salon "Made in Liège"

A la mi-février, l’Atelier Crahay était présent à Jupille pour la 4e édition du salon "Made in Liège"

En savoir plus
François Jeanmart et Atelier Crahay

François Jeanmart et Atelier Crahay

L'enseigne François Jeanmart et l'Atelier Crahay ont décidé de collaborer lors d'un shooting photo pour la présentation de...

En savoir plus
keyboard_arrow_up